Les aventures d’une kazakhe en Guadeloupe

Ep2: Expérience d’une kazakhe face aux coiffures antillaises et le mot magique “locks”

J’ai déjà entendu ce mot quelque part quand j’étais en France, mais jamais compris qu’est-ce que c’était, parce que chez nous on les appelle “dreads”. Deuxième expérience était en Guadeloupe, car notre boss, Monsieur André, a des locks. Toutefois, je continuais de dire “tresses” ou “dreads” quand je parlais des “locks”, car en ce moment-là, je ne connaissait pas ce mot. Et oui, je n’ai pas eu l’idée de consulter Wikipédia et découvrir que le mot entier est “dreadlocks”, car depuis mon enfance j’utilisais le mot “dreads”. De plus, j’ai vu ce mot écrit en russe en cyrillique et ça change la perception, croyez-moi.

Un jour, un jeune homme, venant de la Métropole, nous a demandé si on connaissait un bon…“lockticien” en Guadeloupe, alors que j’ai entendu “l’opticien”. La discussion suivante tournait autour des salons de beauté, des coiffeurs, des locks et les bonnes adresses. Tandis que moi, j’essayais d’assembler l’information et comprendre pourquoi mes collègues parlaient des “coiffeurs” au lieu de “carte vitale”. Bref, c’était super drôle quand j’ai enfin appris ce que c’étaient “lockticien” et “locks”.

Mais cette histoire n’est pas finie. Quelques semaines après, nous avons organisé le jeu “Baccalauréat” avec nos étudiants étrangers. J’étais dans une équipe avec une américaine et nous sommes tombées sur la lettre “L”. Au moment où il fallait indiquer un métier qui commence par “L”. Après avoir eu une réflexion active et une pression mentale pendant au moins 20 seconds, je n’ai pas réussi à trouver un mot. Quand ma collègue a sorti le mot ‘lockticien”, nous étions tous morts de rire, car quelques semaines avant il y avait cet épisode rigolo avec un jeune homme de la Métropole.

J’ai eu beaucoup de petites histoires amusantes comme celles-ci pendant mon stage et cela me fera plaisir dans quelques années de m’en souvenir.

Share This